Uvéite : symptômes et traitement

L'uvéite est une maladie inflammatoire de l’œil, touchant selon les cas une partie ou la totalité de l'uvée. Savoir en reconnaître les symptômes conduira à une prise en charge plus rapide du patient.

 

Qu'est-ce qu'une uvéite ? 

L'uvéite est peu connue du grand public. Et pour cause, il s'agit d'une maladie rare, dont la prévalence est estimée à 100 cas pour 100 000 habitants environ. Potentiellement dangereuse, cette pathologie correspond en fait à une inflammation de la tunique vasculaire de l’œil, que l'on appelle uvée. Située entre la sclérotique et la rétine, cette dernière comprend l’iris, le corps ciliaire et la choroïde.

Selon la partie de l'uvée touchée, trois grandes catégories d'uvéites peuvent être distinguées :

- l'uvéite postérieure : c'est la rétine et/ou la choroïde qui sont touchées.
- L'uvéite antérieure : l'iris (ou le corps ciliaire) est alors le lieu de l'inflammation. Elle se rencontre souvent dans le cadre des spondyloarthrites, en particulier du rhumatisme psoriasique.
- L'uvéite intermédiaire : elle correspond à l'inflammation du corps vitré.

Chacune de ces trois pathologies sont regroupées sous le terme d'uvéite. Elles occasionnent le plus souvent des symptômes distincts.

 

Les symptômes de l'uvéite

Dans le cas d'une inflammation antérieure de l'uvée, qui est la pathologie la plus fréquente, l’œil est rouge et douloureux. L'on remarque fréquemment une intolérance à la lumière et une baisse de l'acuité visuelle. Si l'inflammation se situe dans un corps postérieur, une sensation de flou visuel apparaît. Parfois, des taches plus ou moins mobiles perturbent la vision. Une baisse de l'acuité visuelle se fait également ressentir. Enfin, dans le cadre d'une inflammation intermédiaire, la pathologie s’accompagne souvent d’une vision affaiblie et d’une perception de petites tâches noires. Il n’est pas rare de ne ressentir aucune douleur associée.

 

Les facteurs de risques d’une uévite

Plusieurs facteurs favorisent l'apparition d'une uvéite. Elle apparaît ainsi souvent en parallèle d'une infection telle que la tuberculose, la toxoplasmose, l’herpès ou la syphilis. Les personnes souffrant d'une maladie auto-immune ou de la maladie de Crohn sont également plus sujettes à cette pathologie.

 

Les traitements de l’uvéite

Si la cause de la maladie est déterminée, il s'agira dans un premier temps de la traiter. Le traitement dépendra alors bien entendu des caractéristiques de la pathologie sous-jacente.

Le traitement médical de l'uvéite repose principalement sur la réduction de l'inflammation. Il fait intervenir des anti-inflammatoire et des gouttes dans les yeux. Dans le cas d'une inflammation chronique la prescription d'injections intra-oculaires, immunosuppresseurs, ou une chirurgie pourront être envisagées par le médecin.